12 mars 2013

Socrates, défenseur de la démocratie et du beau jeu.

Mon fils aime le football. Et comme beaucoup de petits garçons de sa génération, il ne jure que par Messi, Zlatan et autres stars du ballon rond contemporain. Alors, je tente une ouverture, et j'aimerai lui présenter un joueur d'exception, d'une élégance rare et avec une barbe.

Sócrates Brasileiro Sampaio de Souza Vieira de Oliveira, plus connu simplement comme Sócrates, est un des plus grand footbaleur Brésilien. Décédé en décembre 2011, il était le digne représentant de ce que l'on appelait le Football Samba. Zico à la baguette et Sócrates, capitaine de l'équipe nationale du Brazil avec les Cerezo, Falcao, Zé Maria et Junior aux instruments. Un style de jeu où l'intelligence, l'espace, le mouvement collectif et le go go go go goaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaal étaient les règles. Le Joga Bonito comme on dit (oui je parle couramment le brésilien). Regarder ce joueur la balle au pied peut vous donner l'envie de danser la Samba. Mais le jeu dont Sócrates était un des plus ardents représentants était déjà trop romantique, trop intuitif pour contrecarrer le football dit "moderne" et le catenaccio italien, système de jeu consistant principalement à défendre, à cadenasser, à détruire le jeu de l'adversaire en espérant mettre un petit pion tout pourri à la 89e.

images socrates

world_of_sport-428405949-1322999401

socrates-1

 

Déja les italiens en 82 avaient privé Sócrates de la coupe du monde . Quatre ans plus tard, patatras, ce furent les Français (Guadalajara 86 quel match!) avec Platini, Giresse, Tigana et Fernandez qui privèrent Sócrates du titre suprême. Pas de bol. Mais en marge de l'élégance de son toucher de balle super-glue et de sa vision périphérique du jeu, Sócrates Brasilei..., enfin Sócrates, fut aussi un cerveau. Et dans le football d'aujourd'hui et de l'époque, c'est rare. Son surnom était "Le Docteur". Pas parce qu'il aimait les filles en tenues légères d'infirmières comme d'autres avec un Q.I d'huître. Sócrates était pédiatre, médecin et pas la moitié d'un con. Et comme il ne manquait pas de réfléchir, il avait aussi, incroyable mais vrai, une conscience politique. Il fut un des initiateurs en 1981 de la "Démocratie Corintiane", une rébellion insensée, expérience unique d'autogestion au sein des Corinthians, son club de Sao Polo, en totale opposition avec la sévère dictature militaire de l'époque. Toutes les décisions concernant le club étaient prise de manière collective par les joueurs. Chaque match était une fête...

world_of_sport-525169802-1323000020images

 

Une expèrience unique...

 http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ZOqnKAPfMhc

 

Posté par fouit à 20:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Socrates, défenseur de la démocratie et du beau jeu.

Nouveau commentaire